. SBAPS - Spéléo Bugey Avant Pays Savoyard

.    SBAPS - Spéléo Bugey Avant Pays Savoyard

les aventures de oliv et marie (1er partie)

Premières sorties de l’année 2017

 

01/01/17

 

Histoire de bien commencer l’année 2017, avec les amis qui nous ont invités pour le 1er de l’an, nous allons à la recherche d’un trou que Marie avait déjà prospecté pour les chauves-souris (et le tourisme. Faut pas croire, mais c’est réputée la vallée de la Loue) il y a moulte années : la Baume Archée. Etant encore jeune (contrairement à certains cinquantenaires que je ne nommerais pas), Marie nous retrouve le trou sans trop de difficultés. Il s’agit d’un gros porche dans la vallée de la Loue (ce qui n’aidera personne à le trouver car il y en a plusieurs dans cette vallée. J’en suis presque jaloux) situé sur la commune de Moutier Hautepierre. Etant donné que nous n’avons pas prévu l’équipement adéquat (un casque et une paire de bottes par exemple) et que nous sommes accompagnés d’un enfant et d’un chien, nous nous cantonnerons à une rapide balade sous terre et à l’admiration du porche gigantesque.

Au retour, nous ferons un saut à la grotte des Faux Monnayeurs (même commune). L’intérêt de cette grotte, hormis sa belle galerie principale et ses chauves souris est une petite galerie de 150 m qui permet de faire une boucle et d’accéder à une ouverture en pleine falaise. Superbe vue en perspective.

Retour à la nuit tombante et nous (Marie, Olivier et Céline qui nous a guidé) retrouvons chien, enfant et mari à la voiture.

TPST : pas beaucoup mais c’était sympa quand même !!!!

 

02/01/17

 

Après le quart d’heure savoyard (45 min), nous retrouvons Nath et Denis (deux amis qui nous ont notamment encadrés lors de notre dernier stage perf) sur le « parking ». C’est dans le brouillard et sous un vent plutôt froid que nous nous équipons, la grotte étant à 5 minutes à pieds. L’objectif de la journée est la grotte du Pré Rond sur la commune de Montrond le Château (Dev : 205 m, Den : -112 m).

Si la suite est censée être grande, le début est plutôt étroit, avec un petit ruisseau bien sympa (et plutôt froid). Denis, avec son bon 1m92, galère un peu à équiper le premier puits. Il faut dire qu’équiper une main courante dans un endroit où l’on a du mal à passer en temps ordinaire, n’est pas un exercice aisé, surtout dans la flotte. Après avoir un peu pesté, le 1er P12 est équipé et le reste de l’équipe suit. Effectivement, les puits sont bien sympas, notamment le P22 et celui de 37 m. Par contre, les bouts de méandres entre les puits sont vraiment plus costaux, surtout pour les grands. Après, pour ceux qui aiment les trips lombrics humides, c’est le top ;-) (….oui enfin bon moi –Marie-je n’ai pas eu à ramper dans l’eau !!! j’ai des abdos !).

 La fin se termine par un R6 débouchant sur un lac. Lac que nous ne verrons que de loin car Denis a failli resté coincé en cherchant le passage (par le bas) et celui du haut n’était pas des plus simples (une oppo rampée sans main courante, à la savoyarde). La remontée des puits se fait tranquillement et est l’occasion de remouiller une combi polaire déjà humide. (ah ah pas la mienne !!-Marie). Je galère un peu au déséquipement du premier puits, les points étant plein gaz sur une paroi lisse. Mais la suite se passe beaucoup mieux qu’espéré.

On sort un peu fatigués mais heureux et on se réconforte bientôt devant une fondue au Mont d’Or, une saucisse de Morteau et quelques patates, tout cela arrosé de bière lorraine. Et oui, ils savent vivre ces francs-comtois-de-cœur.

 

Après ces agapes, nous repartons en Isère car le boulot nous attend le lendemain.

TPST : 6h00

 



11/01/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres